• G. Doré, La Feme imprenable, illustration pour Les Contes drolatiques, Paris, 1855
  • G. Doré, La Belle Impéria
  • G. Doré - Le Bonheur idéal
Artwork thumbnailArtwork thumbnailArtwork thumbnail

Les Contes drolatiques - illustrations de Gustave Doré

Collection : Éditions de Balzac
Auteur / Intervenant : Honoré de Balzac, Gustave Doré
Date : 1855
Localisation : Bibliothèque

Les Contes drolatiques colligez es abbayes de Touraine et mis en lumière par le sieur de Balzac pour l'esbattement des pantagruelistes et non aultres témoignent de l’intérêt de Balzac pour la littérature de la Renaissance et en particulier pour l’œuvre de Rabelais. L’écrivain y pastiche le style et la pensée satiriques de son illustre modèle, dans une œuvre au ton à la fois joyeux et grivois.

Cette première édition illustrée des Contes drolatiques est une édition posthume : Gustave Doré, alors âgé de 21 ans, n’a pas connu Balzac, décédé cinq ans plus tôt. L’idée d’illustrer ce texte, concomitante à son illustration de l'oeuvre de Rabelais (publiée en 1854) lui a été suggérée par le spécialiste Paul Lacroix (plus connu sous le nom de "bibliophile Jacob"), chargé par la veuve de Balzac de la révision philologique du texte. Mais Doré a sans doute pu aussi évoquer son travail avec son protecteur et ami Charles Philipon, directeur du journal Le Charivari, qui lance la carrière du jeune dessinateur et qui a bien connu Balzac (avec lequel il avait fondé La Caricature en 1832). Théophile Gautier, qui voyage en Espagne avec Doré précisément en 1855, a pu aussi présenter l’œuvre de Balzac sous son aspect le plus gai et le plus proche de l’état d’esprit du jeune caricaturiste.

De fait, la verve stylistique comme les situations cocasses des Contes drolatiques trouvent un puissant écho dans les nombreux dessins de Doré, très à l’aise dans les portraits de personnages grotesques comme dans la saisie sur le vif de scènes burlesques. S’il ne s’agit pas encore des compositions de grand format qui feront la gloire de Doré, les illustrations des Contes drolatiques (dont la Maison de Balzac conserve plusieurs matrices) n’en manifestent pas moins le talent de l’artiste au trait incisif et aux effets de clair-obscur renommés. Elles témoignent aussi du talent de Doré en tant que paysagiste : plusieurs compositions parmi les plus réussies présentent des paysages grandioses, à la mesure des émotions ressenties par les personnages, bien plus subtils qu'il n'y paraît à la première lecture.