Lecture théâtralisée : "La Cousine Bette" avec Valérie Aubert et Samir Siad, Théâtre en Partance

Événements

Spectacle

de 12 à 99 ans

Age minimum conseillé : 12 ans

En famille

Sur réservation

Gratuit

Cycle

La Maison de Balzac accueille le Théâtre en Partance. Valérie Aubert et Samir Siad. L’un et l’autre, grands admirateurs de La Comédie humaine, ils ont choisi de nous faire entendre La Cousine Bette, une des dernières grandes œuvres du romancier, qui constitue avec Le Cousin Pons  le cycle Les Parents Pauvres. La Cousine Bette met en scène la Baronne Adeline Hulot et l'ancien négociant Célestin Crevel, tous deux « victimes » au long cours de la passion dévorante et funeste du Baron Hulot pour les femmes. Ce projet est à l'origine une commande du Lycée Saint-Louis à Paris pour ses étudiants en classes préparatoires scientifique.

Installé dans le territoire, puisqu’il rayonne depuis  la Manche, en France et en Île de France,  le Théâtre en partance a été fondé en 1996 par Valérie Aubert et Samir Siad, formés l'un et l'autre à l’École du Théâtre National de Strasbourg. Dans leur répertoire, des œuvres qui n'avaient pas été conçues originellement pour le théâtre ont une place de choix. En effet, les comédiens et metteurs en scène pensent qu'à côté des pièces du répertoire, le théâtre a vocation à servir des œuvres littéraires non théâtrales. Car les livres vivent une autre vie au théâtre, le spectateur n'étant pas alors un lecteur passif mais, comme le dit Péguy, un lecteur idéal ; le théâtre, en se mettant au service des grands auteurs, peut alors être un outil incomparable pour aider à mieux entrer dans leurs œuvres.  (Les Perses d'Eschyle, Père et Fils de Georges Haldas.  Le Feu d'Henri Barbusse, Andromaque de Racine, Le Bonheur dans le crime et Le Rideau cramoisi de Barbey d'Aurevilly).
La Maison de Balzac a souhaité soutenir le travail singulier et engagé, car « élitaire pour tous » de ces passionnés de théâtre et de littérature.  « Ainsi, nous pensons que par le "vivant" des lectures théâtralisées, nous engageons la pensée et le sentiment de ces jeunes spectateurs à se mettre en action et en marche, entraînés par notre proposition, sur le chemin de l'accueil de la littérature comme un champs d'expérimentation de la pensée et donc de la vie », nous explique Valérie Aubert.

Pour aller plus loin

Activité - Rencontre avec Patrick Laudet et Samir Siad. Faut-il encore faire lire "La Cousine Bette" aujourd'hui?

Pour cette rencontre, nous aurions pu imaginer comme thématiques : « Les grands auteurs, le théâtre et l’éducation nationale » ou « Transmission et apprentissage ». C’est un peu tout cela à la fois. Mais, c’est aussi quelle place peuvent prendre les grands classiques pour comprendre et s’insérer dans la société d'aujourd’hui? En cela, Balzac s’arroge une place de choix car il nous aide à appréhender notre quotidien.
Et le théâtre dans tout cela ? Car si les professeurs de littérature sont les premiers passeurs des textes fondamentaux de la littérature, l’écoute des textes par des acteurs apporte une toute autre émotion, le passage de l’analyse au sensible, à l’expérience expressive des œuvres. Et c’est là, où le Théâtre en Partance intervient, en proposant « une oralisation »ou « une mise en voix/voie des textes et de leur sens; une théâtralisation se met en place devant les élèves, par le croisement de ces propositions vocales et du travail sonore que nous y adjoignons . Une sorte d'oratorio constitué d'un contrepoint de voix, de sons, de musiques de toutes sortes se fait  alors entendre... » selon Valérie Aubert, l’une des deux protagonistes du Théâtre en Partance