Victor Hugo raconté par la caricature

Du 04 mai 2002 au 01 septembre 2002

Dans l’imagerie de Victor Hugo, les caricatures occupent une place des plus importantes : plus d’un demi-millier de portraits-charges accompagnent sa vie littéraire et politique. Au lendemain d’Hernani et de Notre-Dame de Paris, ils dénoncent la plus forte tête romantique, aux ambitions et au front démesurés. Elu député en 1848, il devient la cible de ceux qui lui reprochent son changement de front, notamment sa présidence du Congrès de la Paix et ses interventions militantes en faveur des libertés. Pendant son exil anglo-normand, les caricaturistes n’oublient pas celui qui est là-bas dans l’île, et qui, fidèle à ses idéaux, refuse l’amnistie : les images d’un Hugo-lion ou d’un Hugo-Gilliatt sur son rocher se multiplient. A son retour en France, en 1870, c’est le patriarche à barbe blanche, tour à tour justicier, homme qui pense, génie, que crayonnent avec admiration Gill, Gilbert-Martin et bien d’autres: la caricature devient témoignage de vénération. Les dernières charges amplifient cet hommage. On assiste à son apothéose : Hugo disparaît car il est devenu soleil, étoile, nuage.

Commissariat : Gérard Pouchain

A découvrir durant l'exposition

André Gill,
Charles Gilbert-Martin,